Ça papote

Tu penses quoi de ta vie ?

Au détour d’une conversation avec une amie, elle me demande ce que je pense de ma vie. 

Elle s’interroge beaucoup. Elle aime son mari et leurs enfants, elle fait le métier qu’elle aime mais elle se demande si c’est ça le bonheur.

Alors elle me demande ce que je pense de ma vie, si je suis heureuse… J’ai dit oui, bien sûr. Et on a changé de sujet.

Honnêtement, je n’imaginais pas ma vie comme ça à 36 ans. Je me voyais avec des enfants plus âgés à cet âge et ma classe, ce que tout enseignant souhaite.

Est-ce que je changerai quelque chose si je pouvais revenir en arrière ?

Non.

J’ai deux enfants en bonne santé, qui grandissent bien. Bien sûr, j’aimerais en avoir  d’autres mais il n’y en aura pas. L’obligation de passer par la PMA, mon âge, le coût de la vie nous ont décidé à n’avoir que deux enfants. Pour pouvoir leur offrir ce qu’ils ont besoin, leur payer des études, les soigner quand c’est nécessaire…

Avec l’homme, après un gros (très gros) passage à vide, on s’entend mieux. On communique mieux et surtout, on s’aime. On a des projets, des envies.

Je n’ai pas ma classe… Mais j’ai la chance de voir mes enfants grandir. C’est un choix que j’ai fait pour Maxi. Je ne le regrette absolument pas. Pour Mini, j’ai continué même si je sens l’envie de retravailler qui grandit petit à petit. Je n’attendrais peut-être pas qu’elle soit à l’école.

Nous sommes propriétaires. J’ai toujours vécu dans des locations. Je mesure notre chance d’être propriétaire à l’heure actuelle. Notre maison n’est pas LA maison parfaite, idéale. Mais elle est à nous. On y fait les travaux petit à petit pour qu’elle nous ressemble.

Je n’ai pas des centaines d’amis mais j’ai des amis sur qui je peux compter en toute situation. 

Ma meilleure amie, marraine de ma fille. On s’est éloigné pour mieux se retrouver. On a dépassé nos désaccords, on peut rester des jours sans se parler mais tout est naturel.

Mes « copines de blog ». Celles que j’ai rencontré IRL… Celles que j’aimerais rencontrer mais j’ai cette impression d’être proche d’elles. On discute, on s’épaule, on se conseille… On envoie un faire-part, une carte de voeux, un petit colis pour combattre un rhume qui traine, un colis pour tâter les enfants… Elles sont loin, mais elles sont plus proches que certaines personnes IRL.

Alors oui, je suis heureuse. 

Ma vie n’est pas parfaite mais tous les jours j’apprends à apprécier les petits bonheurs qu’elle m’apporte. 

Je me lève avec le sourire même quand la fatigue est de plus en plus lourde à porter. 

Je profite de chaque calin de ma Mini, de chaque confidence de mon Maxi. Je profite d’eux tout simplement.

J’essaye d’être une amie digne de mes amies même si je suis maladroite dans mes rapports humains mais j’essaie d’être là pour elles comme elles le sont pour moi.

Il est où le bonheur ? Il est là, c’est eux !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s