Ça papote

Murphy, tu m’énerves !

Murphy, mon cher Murphy,

Je crois que tu comptes une majorité de parents dans le rang de tes ennemis. Tu dois bien t’en douter vu les mauvais tours que tu nous joues.

Tu as le don de jouer avec nos nerfs, notre patience et surtout notre sommeil.

Quand on devient parent pour la première fois, on répond facilement et honnêtement aux questions « il dort bien ? », « il mange bien? » et on sourit de fierté quand on nous vante la patience de nos petits amours ou leur politesse…

Et puis tout bascule à cause de toi ! Parce que tu prends un malin plaisir à nous contredire en utilisant nos petits cœurs.

Prenons un exemple concret à base : Mini et sommeil !

Mini n’a jamais bien dormi que ça soit en journée ou la nuit. Elle n’est pas adepte des longues siestes et des nuits complètes. Néanmoins, début avril, j’ai remarqué une amélioration dans son rythme. Les nuits étaient meilleures… pas complètes mais je me sentais un peu plus reposée.

De nuits chaotiques à ne pas dormir plus de 2h, elle ne se réveillait que 2 fois maximum et se rendormait en 30 minutes chrono.De 30 minutes de siestes par jour, elle dormait minimum 2h l’après-midi. D’un bébé fatigué – chouineur – usant – pot de colle, Mini se transformait en petite fille souriante – autonome – capable de s’occuper 5 minutes seules.

Et puis… et puis, la question fatidique : et les nuits, ça va?

Et moi, naïvement, je tombe dans le panneau de répondre : « ça va mieux, on est sur la bonne voie »

Tu sais ce qu’il s’est passé la nuit qui a suivi ?

Non ?

Elle a pas dormi !

Tu sais ce qu’il s’est passé le lendemain pour la sieste ?

Bah oui, elle a pas dormi non plus !

Et bonjour le retour du bébé fatigué – chouineur – usant – pot de colle…

Depuis, il y a eu quelques nuits (je les compte sur les doigts d’une main) agréable avec 1 réveil de 30 minutes mais la plupart du temps, elle ne dort pas de minuit à 5h du matin.

Et tu sais quoi, Murphy, si elle ne dort pas et bien moi non plus ! Parce que si je la laisse dans son lit, elle hurle comme si on l’ébouillantait. Alors, je cajole… j’explique… je change de pièce avec elle…

Mais tu sais quoi, Murphy, après une nouvelle nuit à ne dormir que 2h, j’ai atteint mes limites physiques – psychiques. J’ai atteint les limites où même faire 2 pas pour aller te chercher un café, c’est trop. Les mêmes limites où au moindre changement ton – demande répétitive, je peux entrer dans une colère noire.

Alors, Murphy, mon ennemi, si tu pouvais me foutre la paix et au sommeil de ma fille aussi, ça m’arrangerait. Maxi et Mini n’ont pas besoin d’une maman sur les nerfs et il y a encore pas mal de travaux à faire dans la maison pour que je puisse ne rien faire de mes journées.

Allez, à jamais Murphy ! C’est pas personnel hein mais bon vent !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s